Continuer les achats

– Posté le

AÉROPORT DE LYON ! Plus d'émission nette de carbone en 2026

AÉROPORT DE LYON ! Plus d'émission nette de carbone en 2026

L'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry a de quoi être fier ! En effet, Vinci promet qu'il sera le tout premier aéroport d'aviation commerciale français sans émission nette de carbone en 2026.

Il fera donc partie des trois premiers opérateurs privés d'aéroports dans le monde à atteindre la neutralité carbone avec ceux de Gatwick (Royaume Uni) et de Guanacaste (Costa Rica).
Ce n'est pas surprenant car la ville de Lyon est considérée comme le "centre d'excellence et d'expérimentation des meilleures solutions" détectées dans le monde d'après Nicolas Notebaert, le président de Vinci Airports.

Pour parler chiffres : les émissions de CO2 de l'aéroport étaient de 3.800 t en 2019, elles devraient tomber à 2.200 t en 2021 et atteindre au minimum 400 t en 2026.

Mais concrètement, comment cela va-t-il se passer ?

La compensation se fera entre autres
 par la plantation annuelle d'environ 4 hectares de forêts à proximité de l'aéroport.
Ce dernier passera par le biogaz pour chauffer les terminaux, installera une centrale biomasse pour chauffer le fret, procédera à une rénovation énergétique des bâtiments et utilisera des véhicules électriques ou à hydrogène.
De plus, Vinci va couvrir 14 hectares de parkings avec des ombrières photovoltaïques.
Cette centrale photovoltaïque devrait avoir une capacité de 13 mégawatts en conditions optimales d'ensoleillement (MWc). Elle permettra de couvrir les besoins de l'aéroport en électricité et laissera en théorie un surplus qui sera vendu à des tiers. Sa construction devrait être finalisée en 2023/24.

Ce projet de reboisement réalisé en collaboration avec l’Office national des forêts (ONF) et le département du Rhône est destiné à absorber les émissions résiduelles de l'aéroport de Lyon-Saint Exupéry.

L'objectif de Vinci est d'amener tous ses aéroports français au niveau de celui de Lyon en 2030 et en 2050 pour l'ensemble du parc dans le monde.
A noter que cet engagement ne concerne que l’exploitant et ne couvre donc pas la pollution carbone générée par les avions.
Cependant, les compagnies aériennes pourront, si elles le désirent, 
s’associer à ce programme de puits de carbone forestiers.


Articles Connexes

Article précédent Article suivant